Pèlerinage du 1er mai de l'Unité Pastorale « Les Coteaux »



Cette année, notre pèlerinage du 1er mai de l'Unité pastorale devra se faire dans le contexte de la crise sanitaire que nous traversons.

Nous vous invitons à faire une marche en petits groupes de 4 personnes, ou en "bulle familiale avec vos enfants",
vers la grotte de Notre-Dame de Lourdes à Jette.


Il est possible aussi de s'y rendre en tram.

Le départ aura lieu à l'église Ste-Marie (place de la Reine) : il sera étalé en petits groupe.

Rendez-vous à l'église Ste-Marie le matin entre 10h00 et 12h00 ou l'après-midi entre 14h00 et 15h00.


Vous recevrez un caret avec le trajet et les démarches spirituelles qui vous sont proposées (pour adultes et pour enfants).

Les enfants viennent accompagnés de leurs parents et sous la responsabilité de leurs parents.


Apporter votre pique-nique.


La participation au pèlerinage est gratuite.


Merci de nous prévenir de votre participation :
veuillez avertir un responsable de votre communauté ou au 0488/38-32-36.

 


Messes dans l'Unité Pastorale "Les Coteaux" à partir du 6 avril 2021


Maximum 15 personnes à toutes les célébrations


MESSES DOMINICALES en français :

Uniquement sur inscription préalable sur le site de l'UP : https://www.lescoteaux.be

ou par téléphone : Ste-Marie : 0488.38.32.36 - St-Josse : 0494.50.91.01 - Servais : 0476.36.68.49

Ste-Marie : à 9h30 (crypte)

St-Josse : samedi à 18h00 et dimanche à 11h00

St-Servais : à 11h00


En roumain : Ste-Marie à 11h00

Uniquement sur inscription préalable : 0488.38.32.36


En espagnol : rue de la Consolation 60 à 11h30

Uniquement sur inscription préalable : 02.241.56.18


En polonais : Ste-Élisabeth à 9h00 et 10h00

Uniquement sur inscription préalable : 0471.31.20.38


MESSES DE SEMAINE

Pas d'inscription aux messes de semaine : seuls les 15 premiers arrivés pourront participer.


LUNDI à 18h00 : à St-Josse

MARDI à 18h00 : à Ste-Marie (crypte) et à St-Josse

JEUDI à 18h00 : à Ste-Marie (crypte) et à St-Josse

VENDREDI à 18h00 : à Ste-Marie (crypte)

 Ouverture des églises 
Maximum 15 personnes à la fois


L'église Sainte-Marie est ouverte comme d'habitude

les samedis de 13h00 à 17h00 et les dimanches de 13h00 à 17h00.


L'église Saint-Josse est ouverte à 17h00 les jours où il y a

célébration de la messe à 18h00 (du lundi au vendredi).


L'église Sainte-Élisabeth est ouverte tous les dimanches de 10h30 à 12h00.

 Prier à domicile 

Chers paroissiens,

Cela fait plusieurs mois que nous ne pouvons plus nous retrouver à l'église pour prier et célébrer ensemble.

Mais certainement nous pouvons vivre autrement notre foi et notre relation à Dieu.

Nous pouvons prier chez nous, à la maison, que nous soyons seuls ou en famille.

Dans ce sens, l'équipe pastorale de l'Unité des Coteaux vous propose quelques pistes pour vous accompagner dans cette démarche.

Le pape François a choisi cette année 2021 pour être l'année de la famille et mettre l'accent sur saint Joseph.

Pour cela, nous mettons à la disposition de ceux qui le souhaitent, une statue de la sainte Famille.

Elle circulera à partir du 17 février (entrée en Carême) chez les personnes qui souhaitent l'accueillir à domicile pour une semaine.

Différentes pistes pour prier à la maison vous seront proposées, parmi lesquelles vous choisirez celle qui vous parle le plus.

Ces pistes peuvent bien sûr vous être proposées aussi si la statue n'est pas chez vous.

Si vous êtes intéressé, merci de nous avertir (par téléphone ou par mail), et de nous dire pendant quelle période ou quel mois vous souhaitez accueillir la statue pour une semaine, et participer à cette prière à domicile.

Téléphone : 0488/38-32-36

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Nous vous souhaitons de belles découvertes à cette occasion.

Pour l'équipe pastorale de l'Unité des Coteaux

Eric Vancraeynest

 


4ème dimanche de Carême— Année B

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (3, 14-21)

Jean 3 14 21En ce temps-là, Jésus disait à Nicodème : « De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle. Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. 

*********************************

La 1ère lecture de ce 4ème dimanche de Carême nous dit que les chefs du peuple hébreux étaient infidèles à Dieu, et qu'ils rejetaient les prophètes envoyés par Dieu. Le peuple hébreux s'étant détourné de Dieu, leur capitale Jérusalem fut envahie et détruite, et le peuple fut déporté par Nabucodonosor à Babylone. Ce n'est qu'après 70 ans d'exil que le roi de Perse Cyrus leur permet de rentrer dans leur pays, et il reconstruit le Temple. L'épreuve de la déportation et de l'exil a été pour le peuple hébreux une occasion de conversion.

Dans l'évangile, Jésus parle à Nicodème, ce sage venu de nuit l'interroger discrètement. Nicodème va le voir de nuit car il a peur des Juifs, ou car il fait nuit dans son esprit et qu'il cherche à faire la lumière sur ses questions. 

*********************************
Eric

cliquer ici pour voir le texte intégral 

Source photo : Google image


 
 
 Notre Unité Pastorale "Les Coteaux" souhaite rejoindre les personnes isolées.

Peut-être êtes-vous concerné(es).
Ou pensez-vous qu'une de vos connaissances serait heureux(se) de recevoir cette visite ?
Ou de recevoir un coup de téléphone ?

Contactez-nous au 0488 38 32 36.
Donnez-nous un numéro de téléphone pour contacter le personne à visiter.
C'est avec joie que nous vous rendrons visite.

L'équipe d'Unité pastorale des Coteaux
 
 

Léger assouplissement du confinement pour les célébrations religieuses publiques, dès ce dimanche
– Réaction des Évêques de Belgique  -
  cliquez ici

Infos sur les reprises des messes dans notre unité pastorale prochainement.

 

Soutien et invitation de notre Doyen et responsable d'unité pastorale, 

l'Abbé Eric Vancraeynest, pour ce temps de confinement. 


Chers amis,

L'automne est période de transition vers l'hiver, et que chacun peut vivre selon sa sensibilité : d'un côté on voit la nature prendre le de belles couleurs de différentes nuances, propice aux promenades après les chaleurs de l'été. D'un autre côté, cette période voit les jourss diminuer (surtout après le passage à l'heure d'hiver), mais aussi le froid, la pluie et la grisaille s'installer dans notre quotidien.

Mais cette année, l'automne est particulièrement éprouvant. Avec la "deuxième vague" de la crise sanitaire, nous voici repartis pour une période, d'une durée difficile à évaluer, sans pouvoir nous réunir et nous rassembler en communauté chrétienne, sans pouvoir rencontrer nos proches, familles et amis, ou de façon très restreinte, sans pouvoir prendre nos distractions sociales habituelles. La lassitude du confinement du printemps se fait plus forte.

Cela fait bien des raisons pour se sentir tristes et déprimés. Et pourtant, cette période de bouleversements peut être aussi une occasion pour vivre notre foi de façon différente, et créer du lien autrement. Dieu demeure à nos côtés dans les épreuves : demandons-lui soutien et réconfort.
La Parole de Dieu est toujours à notre disposition : n'hésitons pas à la lire, la méditer, chez nous, seul ou en famille. La prière individuelle peut ainsi être redécouverte.

Nous pouvons "faire Église" avec nos proches à la maison : la famille est une petite Église domestique. Lors des périodes de troubles dans l'Histoire (guerres, persécutions, ...) les chrétiens se sont rassemblés dans des lieux privés et discrets pour vivre leur foi. Il en va un peu de même aujourd'hui, même si les circonstances sont différentes.

Pour nous y aider, il y a les médias catholiques (le site de l'Église de Bruxelles : https://www.catho-bruxelles.be ; CathoBel, RCF, KTO, Vatican News, ...) qui nous donnent des informations et diffusent des émissions et célébrations. Notre site UP Coteaux ( https://www.lescoteaux.be )
vous donne des infos mises à jour de notre Unité pastorale.

Je rappelle que les églises peuvent rester ouvertes pour la prière individuelle (toujours dans le respect des mesures sanitaires : masque sur la bouche et le nez, distance d'1,5 mètre entre les personnes, gel sur les mains disponible à l'entrée).
Dans notre UP, cela concerne :
- Ste-Marie : ouverte les samedis de 13h00 à 17h00 et les dimanches de 13h00 à 17h00.
- St-Josse : ouverte les lundis, mardis et jeudis de 17h00 à 18h30.
- Ste-Elisabeth : ouverte les dimanches de 10h00 à 12h00.

Soutenons-nous dans cette épreuve et soyons solidaires de ceux qui souffrent le plus de la maladie et de l'isolement.
Si vous connaissez des gens seuls qui ne sont pas dans les contacts de l'Unité pastorale, et qui souhaiteraient être mis en lien avec nous, merci de nous signaler leurs coordonnées.
Bon courage et restons en contact.

Eric

 

REPRISE DES CELEBRATIONS A PARTIR DE CE LUNDI 8 JUIN 2020


Messe en semaine et dominicales

cliquer sur le lien : voir Horaire des messes



Les célébrations dans les églises peuvent reprendre à partir de ce lundi 8 juin 2020.
Nous serons heureux de nous retrouver.
Mais ce ne sera pas comme avant la crise sanitaire, car il nous faut tous respecter strictement ces mesures de sécurité, qui sont requises pour la santé de chacun :

Covid 19 Affiche pictogrammes 04


- le nombre le place dans l'église est limité : quand les places disponibles seront toutes occupées, nous ne pourrons plus accepter que d'autres personnes entrent dans l'église

- merci de respecter les consignes qui vous seront données par l'équipe d'accueil

- du gel vous sera présenté en entrant : mettez-en sur vos mains

- respectez les trajets qui vous sont indiqués dans l'église, afin de ne pas vous croiser avec d'autres personnes

- gardez toujours la distance d'1m50 avec d'autres personnes (sauf pour personnes vivant sous le même toit)

- portez un masque qui couvre la bouche et le nez

- ne serrez pas la main d'autres personnes

- touchez le moins d'objets possible

- l'accès aux toilettes ne sera pas autorisé : prenez vos précautions

- nous vous rassemblez pas, ni avant ni après la messe, que ce soit au fond de l'église ou sur le parvis

- si vous n'avez pas pu venir à la messe dimanche faute de place, vous pouvez aller à une messe en semaine

- d'autres consignes vous seront données à l'église (concernant notamment les chants, la communion, la collecte)

Nous sommes ravis de pouvoir à nouveau vous accueillir à l’église, malgré les circonstances difficiles.
Nous sommes persuadés que vous avez pris toutes les précautions possibles pour préserver votre santé et la santé des autres.
A la demande du diocèse, nous sommes tenus de vous signaler que toute personne entrant dans l’église pour le culte ou en dehors de celui-ci, y pénètre à ses propres risques. La fabrique d’église et les responsables pastoraux rejettent toute responsabilité pour des maladies (et leurs conséquences) éventuellement imputables à votre présence dans l’église et/ou la participation au culte.

We zijn verheugd dat we u weer in de kerk kunnen verwelkomen, ondanks de moeilijke omstandigheden.
Wij zijn ervan overtuigd dat u alle mogelijke voorzorgsmaatregelen heeft genomen om uw gezondheid en die van anderen te beschermen.
Op vraag van het bisdom zijn wij gehouden u te laten weten dat iedereen die de kerk betreedt voor de eredienst of daarbuiten, op eigen risico binnenkomt. De kerkfabriek en de pastoraal verantwoordelijken wijzen alle verantwoordelijkheid af voor ziekten (en hun gevolgen) die kunnen worden toegeschreven aan uw aanwezigheid in de kerk en/of deelname aan de eredienst.

We are pleased to welcome you back into the church, despite the difficult circumstances.
We are convinced that you have taken all possible precautions to protect your health and that of others.
At the request of the diocese, we are obliged to let you know that anyone who enters the Church before or outside worship, is entering at their own risk. The Church council and Pastoral officers decline all responsibility for illnesses (and their consequences) that can be attributed to your presence in church and/or participation in worship.

 


Monseigneur Jozef De Kesel temporairement remplacé pour raison de santé

 


Pour regarder KTO sur un ordinateur, un smartphone ou une tablette, rendez-vous sur www.ktotv.com
ou 1 RCF ou encore : Revivez la prière et la bénédiction historique du pape François  sur Aleteia  

 

Message du cardinal De Kesel

Chers amis,

Des événements totalement imprévus peuvent parfois arriver. Des évènements dont on pensait qu’ils se produisaient jadis mais plus maintenant, et sûrement pas dans une société aussi développée que la nôtre. Rien n’est moins vrai. Le coronavirus nous place devant une évidence : nous sommes et restons des êtres fragiles, pas uniquement ici où là mais partout dans le monde.

La solidarité attendue aujourd’hui de tous, est, elle aussi, universelle. Personne ne peut se permettre une exception pour
soi-même. En tant qu’Eglise, nous ne le pouvons pas non plus. Tout comme pour la pauvreté et la migration, il n’y a pas de solutions uniquement au plan local. Nous le savons bien, mais nous l’oublions fréquemment. Nous essayons de maintenir le problème en dehors de nos frontières, mais le virus ne connaît pas de frontières. La mentalité du « chacun pour soi » nous rend encore plus vulnérables. Nous sommes responsables les uns des autres à l’échelle mondiale. La terre est vraiment notre maison commune...
......................................................................................................................



+ Jozef Cardinal De Kesel              Texte intégral

 

Le journal de l'unité pastorale "COTEAUX NEWS" est en ligne cliquer ici

 

cliquez ici pour avoir le texte intégral cliquer ici pour voir le texte intégral  Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (3, 14-21)

En ce temps-là, Jésus disait à Nicodème : « De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle. Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. Celui qui croit en lui échappe au Jugement, celui qui ne croit pas est déjà jugé, du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. Et le Jugement, le voici : la lumière est venue dans le monde, et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. Celui qui fait le mal déteste la lumière : il ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dénoncées ; mais celui qui fait la vérité vient à la lumière, pour qu’il soit manifeste que ses œuvres ont été accomplies en union avec Dieu. »

*************************

La 1ère lecture de ce 4ème dimanche de Carême nous dit que les chefs du peuple hébreux étaient infidèles à Dieu, et qu'ils rejetaient les prophètes envoyés par Dieu. Le peuple hébreux s'étant détourné de Dieu, leur capitale Jérusalem fut envahie et détruite, et le peuple fut déporté par Nabucodonosor à Babylone. Ce n'est qu'après 70 ans d'exil que le roi de Perse Cyrus leur permet de rentrer dans leur pays, et il reconstruit le Temple. L'épreuve de la déportation et de l'exil a été pour le peuple hébreux une occasion de conversion.

Dans l'évangile, Jésus parle à Nicodème, ce sage venu de nuit l'interroger discrètement. Nicodème va le voir de nuit car il a peur des Juifs, ou car il fait nuit dans son esprit et qu'il cherche à faire la lumière sur ses questions. Jésus lui rappelle l'épisode de la marche de 40 ans du peuple hébreux dans le désert. Dieu l'avait fait sortir d'Égypte pour le guider vers la Terre promise. Mais le peuple se met à douter de la présence de Dieu et à se révolter contre lui : l'épreuve survient cette fois avec des serpents qui mordent les Hébreux. Ils se repentent et implorent alors Moïse demander à Dieu de les sauver. Moïse fait un serpent de bronze, et leur demande de lever les yeux vers ce serpent placé sur un
bâton pour être sauvés. Jésus annonce à Nicodème que, comme le serpent de bronze a été élevé dans le désert, il sera élevé sur la croix. C'est désormais vers la croix que nous somme invités à lever les yeux : la croix, image de la mort, devient avec Jésus signe de vie donnée par amour.

Comme le peuple hébreux dans le désert, ou au temps de l'exil à Babylone, nous pouvons aussi être pris de doute et devenir infidèle à l'alliance avec Dieu : Dieu est-il encore présent à mes côtés ? Dieu est-il bon ? M'aime-t-il ? Dès l'origine, dans le livre de la Genèse, le serpent met le doute dans le coeur de l'homme et la femme qui ont pourtant tout pour être heureux. Le doute est légitime, et il est normal de nous poser des questions. Face au doute, Jésus nous demande de croire en lui ("Celui qui croit en lui échappe au jugement, celui qui ne croit pas est déjà jugé, du fait qu'il n'a pas cru"). Croire, ce n'est pas se faire une idée sur quelque chose ou quelqu'un ("je crois que"), mais c'est faire confiance, accepter de ne pas compter que sur soi-même. Croire c'est déplacer notre confiance en nous-même (en ce que je possède, en mon savoir, en mes relations) pour faire confiance en Dieu. Cette question de la confiance en un Dieu d'amour nous est posée, comme elle a été posée au peuple hébreux tout au long de son histoire. Face au doute, à l'incompréhension, voire à la révolte que nous pouvons ressentir, levons les yeux vers la croix, signe de l'amour de Dieu pour tous les hommes. Lever les yeux vers le Christ en croix, c'est mettre notre confiance Dieu qui nous aime. Il nous a montré son amour en envoyant son Fils Jésus qui a donné sa vie pour les hommes.

Le jugement dont parle Jésus n'implique pas une condamnation. Jésus le dit dans cet évangile : il n'est pas venu pour nous juger ou condamner, mais pour nous aider, nous sauver. Le jugement est celui de la lumière : accueillons-nous la lumière du Christ ou préférons-nous les ténèbres ? Si nous faisons confiance en Dieu qui nous aime, nous ne pouvons pas être indifférents à nos frères et soeurs. Nous serons dans la lumière si nous quittons la nuit de l'indifférence et du chacun pour soi.