MESSES DANS L'UNITE PASTORALE "LES COTEAUX"
INFOS COVID 19 - Mesures de sécurité

pour les horaires des messes cliquer sur "MESSES"

 

Le PROTOCOLE de l'Église catholique pour les célébrations liturgiques, modifié suite aux décisions du Conseil National de Sécurité du jeudi 20 août et applicable à partir du 1 septembre 2020.

Voir sur cette page : Cliquer ici


Les célébrations dans les églises peuvent reprendre à partir de ce lundi 8 juin 2020.
Nous serons heureux de nous retrouver.
Mais ce ne sera pas comme avant la crise sanitaire, car il nous faut tous respecter strictement ces mesures de sécurité, qui sont requises pour la santé de chacun :

Covid 19 Affiche pictogrammes 04
- le nombre le place dans l'église est limité : quand les places disponibles seront toutes occupées, nous ne pourrons plus accepter que d'autres personnes entrent dans l'église

- merci de respecter les consignes qui vous seront données par l'équipe d'accueil

- du gel vous sera présenté en entrant : mettez-en sur vos mains

- respectez les trajets qui vous sont indiqués dans l'église, afin de ne pas vous croiser avec d'autres personnes

- gardez toujours la distance d'1m50 avec d'autres personnes (sauf pour personnes vivant sous le même toit)

- portez un masque qui couvre la bouche et le nez

- ne serrez pas la main d'autres personnes

- touchez le moins d'objets possible

- l'accès aux toilettes ne sera pas autorisé : prenez vos précautions

- nous vous rassemblez pas, ni avant ni après la messe, que ce soit au fond de l'église ou sur le parvis

- si vous n'avez pas pu venir à la messe dimanche faute de place, vous pouvez aller à une messe en semaine

- d'autres consignes vous seront données à l'église (concernant notamment les chants, la communion, la collecte)

Nous sommes ravis de pouvoir à nouveau vous accueillir à l’église, malgré les circonstances difficiles.
Nous sommes persuadés que vous avez pris toutes les précautions possibles pour préserver votre santé et la santé des autres.
A la demande du diocèse, nous sommes tenus de vous signaler que toute personne entrant dans l’église pour le culte ou en dehors de celui-ci, y pénètre à ses propres risques. La fabrique d’église et les responsables pastoraux rejettent toute responsabilité pour des maladies (et leurs conséquences) éventuellement imputables à votre présence dans l’église et/ou la participation au culte.

We zijn verheugd dat we u weer in de kerk kunnen verwelkomen, ondanks de moeilijke omstandigheden.
Wij zijn ervan overtuigd dat u alle mogelijke voorzorgsmaatregelen heeft genomen om uw gezondheid en die van anderen te beschermen.
Op vraag van het bisdom zijn wij gehouden u te laten weten dat iedereen die de kerk betreedt voor de eredienst of daarbuiten, op eigen risico binnenkomt. De kerkfabriek en de pastoraal verantwoordelijken wijzen alle verantwoordelijkheid af voor ziekten (en hun gevolgen) die kunnen worden toegeschreven aan uw aanwezigheid in de kerk en/of deelname aan de eredienst.

We are pleased to welcome you back into the church, despite the difficult circumstances.
We are convinced that you have taken all possible precautions to protect your health and that of others.
At the request of the diocese, we are obliged to let you know that anyone who enters the Church before or outside worship, is entering at their own risk. The Church council and Pastoral officers decline all responsibility for illnesses (and their consequences) that can be attributed to your presence in church and/or participation in worship.



 

 

 


AVIS IMPORTANT


Corona: L’Eglise catholique de Belgique suspend toutes les célébrations liturgiques publiques

DIRECTIVES DES EVEQUES DE BELGIQUE EN DATE DU 23 MARS 2020

Semaine Sainte : toutes les célébrations religieuses publiques sont annulées

Directives des évêques de Belgique
La propagation du coronavirus contraint toutes les autorités et institutions publiques de notre pays à une extrême prudence. L'Église veut, elle aussi, endiguer la propagation de ce virus. Les évêques de Belgique ont dès lors décidé de prolonger la suspension de toutes les célébrations religieuses publiques et ce jusqu'au 19 avril inclus. Ces dernières reprendront lorsque les autorités tant civiles et qu’ecclésiastiques l’auront autorisé. Les évêques prennent ces mesures conformément aux adaptations possibles pour la célébration du temps pascal, telles que le Pape François les a proposées et données en exemple.


texte intégral :cliquer ici 


En raison de l’expansion de l’épidémie du Corona virus, les évêques de Belgique ont décidé ce jeudi 12 mars de suspendre toutes les célébrations liturgiques publiques dans notre pays. Cette décision est effective dès ce week-end du 14 mars et restera en vigueur jusqu’au vendredi 3 avril au moins.


Les églises demeureront ouvertes pour la prière ou la méditation personnelle..

Les évêques appellent les croyants à vivre ce carême comme un temps de prière, de conversion, de partage fraternel, et d’une plus grande attention à autrui.

Les textes bibliques habituels de la liturgie continueront à inspirer individuellement ou en famille notre progression vers Pâques.

Les sites web de Cathobel, Kerknet, KTO, RCF, Kerk en Leven, les célébrations en radio-tv, RTBF et VRT, les diffusions en live-streaming pourront y contribuer.

Les éveques expriment toute leur reconnaissance à tous ceux et celles qui mettent tout en oeuvre pour arrêter l’extension du Covid19 et qui entourent de leurs meilleurs soins les personnes atteintes par la maladie.


texte intégral du message des évêques cliquer ici




Coronavirus : L’Eglise catholique de Belgique suspend aussi les baptêmes et mariages religieux.

« Les autorités civiles ont pris des mesures plus restrictives contre le Covid 19. Seules des funérailles en cercle restreint sont possibles. Ainsi les baptêmes et mariages religieux ne sont plus autorisés, même en cercle restreint ».

16 mars 2020

 

 

Message du cardinal De Kesel

Chers amis,

Des événements totalement imprévus peuvent parfois arriver. Des évènements dont on pensait qu’ils se produisaient jadis mais plus maintenant, et sûrement pas dans une société aussi développée que la nôtre. Rien n’est moins vrai. Le coronavirus nous place devant une évidence : nous sommes et restons des êtres fragiles, pas uniquement ici où là mais partout dans le monde.

La solidarité attendue aujourd’hui de tous, est, elle aussi, universelle. Personne ne peut se permettre une exception pour
soi-même. En tant qu’Eglise, nous ne le pouvons pas non plus. Tout comme pour la pauvreté et la migration, il n’y a pas de solutions uniquement au plan local. Nous le savons bien, mais nous l’oublions fréquemment. Nous essayons de maintenir le problème en dehors de nos frontières, mais le virus ne connaît pas de frontières. La mentalité du « chacun pour soi » nous rend encore plus vulnérables. Nous sommes responsables les uns des autres à l’échelle mondiale. La terre est vraiment notre maison commune.

Cette crise du coronavirus intervient en plein carême au moment où de dimanche en dimanche, de semaine en semaine, nous nous préparons à Pâques. Il ne nous est plus possible de célébrer avec nos communautés respectives, même pas l’eucharistie le dimanche. On pourrait se dire : il aurait mieux valu que cela arrive à un autre moment, mais cela n’a pas beaucoup de sens. Certes, nous vivrons le carême cette année autrement, mais nous ne le vivrons pour autant pas moins intensément. Cela demandera de chacun de nous un effort supplémentaire et une plus grande créativité.

La préface du carême le qualifie de temps fait pour se donner davantage à la prière et pour témoigner plus d’amour pour le prochain. Nous ne pouvons plus nous rassembler pour prier ensemble, mais nous pouvons le faire seul, en famille ou dans nos communautés religieuses. C’est un temps de silence et de réflexion, avec une attention particulière pour l’Ecriture que la liturgie propose. Fort heureusement les médias, en particulier les médias religieux nous y aident.

Maintenant que tout doit se passer en silence, la préparation à Pâques reste aussi un moment de plus grande attention aux autres. D’abord bien sûr à l’égard de ceux qui sont atteints par la maladie, ceux qui les soignent et ceux s’efforcent d’endiguer la maladie par leurs recherches. Mais aussi pour ceux qui sont pauvres ou isolés, ceux qui fuient la guerre et la violence, pour tous ceux qui d’une façon ou d’une autre sont dans le besoin et frappent à notre porte pour obtenir de l’aide. Les collectes pour le carême de partage se tiennent habituellement en cette période, n’oublions pas non plus cette forme de solidarité.

Ces jours-ci nous allons devoir vivre un peu plus reclus, parfois en véritable quarantaine ou en cercle très restreint. Les célébrations et en particulier l’eucharistie nous manquerons. Ce sera une autre forme de jeûne. Mais ne croyons pas que nous sommes seuls. Nous restons en profonde communion les uns avec les autres : en communion de prière et dans une solidarité universelle. Et n’oublions surtout pas qu’en tout cela, le Seigneur nous reste proche. Il est en mesure de faire du temps présent un temps de grâce.

+ Jozef Cardinal De Kesel